Sens & idées | « Le pari réussi d’une démarche QVT en période troublée »
Sens & idées, cabinet conseil, accompagne la performance et la transformation des entreprises par le management du changement, le bien-être au travail, la prévention des risques psychosociaux (et s’appuie sur un baromètre social, qualité de vie au travail, satisfaction des collaborateurs.
Sens & idées, performance, mutation, entreprises, démarche, RSE, management, changement, politiques, sociales, bien-être, travail, prévention, risques, psychosociaux, baromètre, social, vie, collaborateurs
16332
single,single-post,postid-16332,single-format-standard,ajax_leftright,page_not_loaded,boxed,,qode-theme-ver-5.6,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

« Le pari réussi d’une démarche QVT en période troublée »

08 juil « Le pari réussi d’une démarche QVT en période troublée »

4 questions à Jean-Luc Neyraut, Directeur général adjoint de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris Ile-de-France

Appui à la création et au développement, mise en réseau, aide à l’innovation, formation et apprentissage : la CCI de Paris Île-de-France accompagne au quotidien quelque 680 000 entreprises. Elle a un rôle consultatif auprès de l’Etat. Des missions qui exigent des moyens conséquents. Or le Gouvernement a réduit les ressources fiscales affectées aux CCI ces dernières années.

 

Moins de financement pour les CCI ? Quelles conséquences pour la Chambre de Paris Ile-de-France ?

Jean-Luc Neyraut – Des conséquences lourdes : 150 millions d’euros de perte de revenu en 3 ans et le départ d’un millier de collaborateurs. Afin d’en limiter l’impact sur les entreprises, nous avons engagé une restructuration profonde de nos établissements. Nous avons travaillé sur notre organisation, sur nos compétences et sur un nouveau modèle de management avec une réduction des niveaux hiérarchiques. Surtout, nous avons entrepris de renforcer la motivation de nos collaborateurs : si nos ressources fiscales diminuent, il faut que nous soyons en capacité de consolider nos ressources propres pour préserver la qualité de nos services. Dans ce contexte, le recours à un baromètre social nous a semblé évident. Il permet à la fois de réaliser un état des lieux et de mesurer le degré de confiance de nos collaborateurs. Ce baromètre répondait en plus à l’accord que nous avions signé avec nos partenaires sociaux. Nous allions ainsi pouvoir valider nos avancées en matière de prévention des risques psychosociaux.  Le lancement d’une démarche de Qualité de Vie au Travail* a donc constitué l’une de mes premières actions à la tête des Ressources Humaines de la CCI de Paris Ile-de-France.

Comment avez-vous amorcé cette démarche ?

Jean-Luc Neyraut – Nous avons voulu que cette démarche soit portée par tous les acteurs de la CCI. C’est essentiel ! Nous avons constitué un comité de pilotage réunissant des représentants des managers, des agents de maîtrise, des partenaires syndicaux, des ressources humaines. Ensemble, nous avons rédigé un appel d’offres afin de sélectionner le partenaire qui piloterait le baromètre. Notre choix s’est arrêté sur le cabinet conseil Sens & idées. Son expérience, sa légitimité scientifique attestée par ses collaborations universitaires, sa capacité à conduire un questionnaire en parfaite autonomie et en totale confidentialité ont guidé notre préférence. Nous ne le regrettons pas : les résultats obtenus à l’issue de l’étude menée par Sens & idées sont édifiants, alors que le contexte juste après la réorganisation de la CCI était particulièrement complexe.

Concrètement, quels ont été les enseignements du baromètre ?

Jean-Luc Neyraut – Les résultats ont été riches d’enseignements. Près de 66 % de nos collaborateurs ont répondu au questionnaire en ligne, qui était très complet, donc assez long. Les réponses ont montré que 80 % d’entre eux se sentaient très engagés dans leurs missions à la CCI. Nous avons pu constater l’absence de stress néfaste d’origine systémique dans nos équipes. Uniquement quelques situations de tension que nous avons traitées au cas par cas. Les résultats du baromètre QVT ont montré que les collaborateurs se soutiennent entre eux et qu’ils apprécient le rôle des managers, en matière d’accompagnement et de relai des informations. Néanmoins, les participants à l’enquête aimeraient contribuer plus activement aux décisions de leur établissement. Une reconnaissance plus importante des efforts et du travail réalisé est également souhaitée.

Au-delà des résultats, quelles seront les actions ?

Jean-Luc Neyraut – Ces informations ont été partagées avec l’ensemble de la CCI. En totale transparence. Mon adjoint et moi-même nous sommes déplacés dans tous nos établissements – nous en comptons plus d’une trentaine – et nous avons présenté les enseignements du baromètre QVT à chacun des 4 500 collaborateurs. Les enseignements au global bien sûr, mais aussi les résultats concernant précisément l’entité à laquelle les collaborateurs sont rattachés. D’abord dans le cadre d’une réunion avec le comité de direction de l’établissement, puis en plénière en présence de tous les personnels. Cette restitution s’est étendue sur 4 mois, entité par entité, et a permis d’amorcer un dialogue. J’ai ensuite demandé à chaque établissement de définir un plan d’actions en fonction des indicateurs mis en lumière par le baromètre QVT. Le comité de pilotage, lui, a établi un plan global, destiné à accompagner la transformation de la CCI. Aujourd’hui, nous sommes en pleine rénovation du management. Notre volonté est d’apporter plus de transparence dans les échanges et de positionner clairement la qualité de vie au travail dans les objectifs des directeurs.

Pensez-vous que le baromètre vous aide au quotidien ?

Jean-Luc Neyraut – Oui. Sens & idées a produit un document de synthèse très riche, sur lequel nous nous appuyons pour progresser. Certaines informations ont même déjà entrainé des effets concrets. Le baromètre a ainsi identifié un sentiment d’inégalités entre hommes et femmes. Un résultat qui a conduit à réaliser une étude fine des pratiques à la CCI, en matière de salaires ou d’évolution. Bonne nouvelle ! L’analyse a montré qu’en réalité, à travail égal, salaire égal. Le fait de pouvoir ″objectiver″ un ressenti permet de remettre en cause une idée fausse et de renforcer la motivation des équipes. Cet exemple montre bien le bénéfice du baromètre pour notre structure. D’autant plus que la rigueur et le sérieux reconnus de Sens & idées ont été déterminants pour nos partenaires sociaux. Ils se sont ainsi inscrits plus facilement dans la démarche. Nous nous sommes donnés 18 mois avant de relancer le baromètre QVT pour mesurer l’impact de nos actions. Je ne regrette vraiment pas d’avoir pris le pari de lancer cette démarche de qualité de vie au travail dans une période troublée pour la CCI Paris Ile-de-France. Le pari est réussi. Et c’est en grande partie grâce à l’appui méthodologique de Sens & idées.

*Qualité de Vie au Travail = QVT