Sens & idées | Développement durable et RSE : pensons et agissons global
La sonnette d’alarme concernant le réchauffement climatique a été tirée depuis bien longtemps : il faut impérativement réduire les émissions de CO2 ! Si ce message est entendu, de nouvelles études montrent l'urgence du passage à l'action et sont l'occasion de rappeler que pour la moitié des français le changement doit être environnemental mais aussi social et économique...
développement, durable, RSE, pensons, agissons, global, réchauffement climatique, réduire, emission, CO2, études, urgence, passage, action, français, social, économique, environnemental, entreprise, pratique, métier, actions, gaz, serre
15882
single,single-post,postid-15882,single-format-standard,ajax_leftright,page_not_loaded,boxed,,qode-theme-ver-5.6,wpb-js-composer js-comp-ver-4.3.4,vc_responsive

27 avr Développement durable et RSE : pensons et agissons global

La sonnette d’alarme concernant le réchauffement climatique a été tirée depuis bien longtemps : il faut impérativement réduire les émissions de CO2 ! Si ce message est entendu, de nouvelles études montrent l’urgence du passage à l’action et sont l’occasion de rappeler que pour la moitié des français le changement doit être environnemental mais aussi social et économique*.

 

Les émissions de CO2 et le réchauffement climatique

 

Les derniers relevés de l’observatoire de Mauna Loa (Hawaï) et de la Noaa indiquent que la concentration de gaz à effets de serre se rapproche dangereusement du seuil limite (450 parties pour million) qui stabiliserait le réchauffement à + 2°C. Ainsi, une étude de Low Carbon Economy PWC de novembre 2012 estime que les pays industrialisés devraient réduire de 5,1% par an leur intensité carbone. Malheureusement ils sont encore loin du compte puisque l’an passé, les économies mondiales n’ont réduit que de 0,7% leur intensité carbone. Ainsi, au vu des rejets actuels et de leur rythme d’évolution, le réchauffement dépasserait les 6°C d’ici la fin du siècle. Les données publiées par la ville de Paris mercredi 24 octobre 2012 dans le cadre du projet Epicea, sont légèrement moins pessimistes pour la région parisienne mais tout aussi alarmantes avec une progression de 2ºC à 4ºC.

 

Les actions des entreprises

 

Ce constat pousse naturellement à l’action et suppose de changer au plus vite les pratiques d’entreprise, ce qui revient à produire autrement, à avoir une autre vision de son activité, de son métier, à travailler différemment. Faire distinctement du développement durable et du « business as usual » ne correspond plus aux enjeux de la société ni d’ailleurs aux préoccupations des français. Le collaborateur se trouve au cœur du changement. Il est donc grand temps d’aborder les dimensions sociales, économiques et environnementales comme une seule problématique. Cette vision correspond à la définition de la RSE**. Et si l’opinion publique a longtemps considéré le développement durable comme un sujet environnemental, l’orientation du débat public, sans doute poussée par la crise, a favorisé l’émergence d’une représentation plus sociale et plus globale de la RSE. Qu’en pensent plus précisément les français ? Dans l’appréciation des entreprises, l’importance RSE est jugée « grande » par 43% d’entre eux*. Elle est considérée comme un fort levier de croissance pour l’entreprise et les Français attendent en priorité d’une démarche RSE qu’elle soit axée sur la santé, la sécurité, la qualité de vie au travail, la préservation des ressources naturelles, l’emploi et l’insertion professionnelle. De fait, les Français associent intuitivement la responsabilité sociale des entreprises à leur croissance économique/financière. Ils apprécient particulièrement les démarches qui intègrent l’activité de l’entreprise et l’innovation des produits et services.

Cette étude milite donc pour des démarches holistiques et intégrées et laisse penser que l’entreprise est en retard sur l’opinion. Plutôt que d’attendre que ses clients et ses collaborateurs lui demandent d’agir, ne devrait-elle pas assumer sa responsabilité d’acteur de la cité et être proactive ? Ne doit-elle pas s’engager dans la mutation de la société en adoptant une logique de l’offre ? N’est-ce pas cela la vraie innovation, celle qui crée des ruentrptures, des changements et qui propulsent leurs créateurs vers le succès. En un mot, osons une autre entreprise, à forte valeur ajoutée éthique, environnementale et sociale. Visons la performance et le succès durable, y compris financier !

*enquête 2012 de CAPITALCOM et de l’Observatoire de la Performance Intégrée
** La Commission Europénne définit la RSE comme la responsabilité des entreprises concernant leurs impacts sur la société. Cette responsabilité intègre les préoccupations sociales, environnementales, éthiques, des droits humains et des consommateurs au cœur des politiques commerciales des entreprises (source 25 octobre 2011 dans son document « Responsabilité sociale des entreprises : une nouvelle stratégie de l’UE pour la période 2011-2014 »)